Cette recherche vise à évaluer les nouvelles variétés de palmier à huile et les caractériser sur les plans morphologique, histologique, physiologique et génétique. Les axes de recherche de cette thématique et les résultats obtenus se présentent ainsi qu’il suit :

  • Amélioration de la teneur en carotène et la teneur en huile des fruits du palmier à huile

L’échelle de classification de la couleur d’huile rouge mise en place au cours du premier trimestre 2019 a permis de poursuivre la caractérisation morphologique des génotypes des palmiers et la détermination de la teneur en huile des échantillons de fruits collectés. Les résultats obtenus pour plus d’une vingtaine de génotypes sont en cours d’analyse pour la rédaction d’un mémoire de master 2.

  • Caractérisation histologique des parois stomatiques et de la conductance stomatique de quelques croisements de palmier à huile selon leur sensibilité au stress hydrique

La caractérisation stomatique et les mesures histologiques des parois stomatiques ont été achevées sur cinq croisements de palmier à huile. Les résultats sont en cours d’analyse pour la rédaction d’un mémoire de master 2.

  • Evaluer de la diversité génétique des croisements du palmier à huile en fonction de leur conductance stomatique et potentiel hydrique de base (modèle GAO)

La collecte des données de conductance stomatique et du potentiel hydrique de base de différents croisements de palmier à huile a été achevée. L’analyse de la diversité génétique par l’application du modèle GAO est en cours pour la rédaction d’un mémoire de Master 2.

  • Evaluer l’évolution des teneurs en hydrates de carbones et protéines totales chez quelques croisements du palmier à huile sous stress hydrique et de fusariose

Le suivi et la collecte des données sur les jeunes plants installés en pépinière dans des tubes PVC ont été poursuivis au cours du troisième trimestre 2019. Les mesures des teneurs en hydrates de carbone et protéines totales ont démarré. Les observations vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année.

  • Évaluer la diversité génétique au niveau moléculaire des croisements du palmier à huile vis-à-vis de la tolérance à la sécheresse

La collecte d’échantillons pour les analyses biochimiques notamment l’extraction et le dosage des glucides non structuraux (sucres solubles et amidon) entamée en novembre 2018, s’est poursuivie sur les cinq génotypes contrastés choisis parmi les dix de départ. Ceci, sur la base des résultats obtenus à l’activité précédente. Le protocole de dosage des sucres a été testé à travers un essai à blanc pour permettre l’obtention de résultats fiables. Cet essai à blanc a révélé la nécessité de renouveler le stock de certains réactifs, notamment les réactifs enzymatiques. La collecte d’échantillons de différents organes végétaux du palmier à huile (folioles, pétiole et stipe) est en cours suivant les saisons pour la détermination des teneurs en sucres solubles. L’installation des tubes d’accès de sonde à neutrons a été achevé. Les 40 tubes PVC de 50 cm de diamètre et 6 m de longueur, ont été mis en terre conformément au protocole en vigueur au CRA PP. Les données d’humidité de sol sont en cours de collecte.

  • Identifier de matériel végétal tolérant à la fusariose

Des tests précoces de caractérisation des croisements pour leur tolérance à la fusariose sont réalisés chaque année au laboratoire de phytopathologie de Sèmè-Podji en vue d’élargir la base génétique du matériel végétal produit par le CRA PP.

  • La série POTF 29 comportant 115 croisements et inoculée fin septembre-début octobre 2018 a été dépouillée en février et en mars 2019.

  • La série POTF 30 comportant 218 croisements a été inoculée du 18 au 29 mars 2019. Cette série a été dépouillée et la saisie et l’analyse des données sont en cours.

  • La serie POTF 31 a également été inoculée. Ces tests en place sont entretenus et les observations sont en cours.

  • La série POTF 32: les planches de reception sont préparées en attente des graines pour répiquage.

  • Le test parallèle PO FUS ES 12 est un essai résultant des forts taux de fusariose observés depuis la série POTF23, conclus après 5 mois avec des taux minimaux de 45% de fusariose basé sur les symptômes internes et externes (F+f). Ceci rend l’interprétation des résultats très compliquée et imprécise. L’objectif de cet essai est donc d’estimer à quel pourcentage de fusariose basé sur l’observation des symptômes externes (Fobs) correspond un taux de fusariose de 30% au dépouillement, basé sur les symptômes externes et internes (Fdep+fdep avec Fdep = symptômes externes + internes et fdep = symptômes internes seuls). Suite à la réception des graines germées des 12 croisements concernés le 2 août 2018, le dispositif expérimental a été installé et l’inoculation de cet essai a eu lieu au début du mois d’octobre 2018. Les résultats de tous les dépouillements séquentiels (1 à 6) sont en cours d’analyse.

Toutes ces études contribuent à l’amélioration continue de la gamme du matériel tolérant à la fusariose produit au CRA PP.

  • Caractérisation des croisements de palmier à huile pour la tolérance au ganoderma

Les tests de criblage sur différents croisements de matériel végétal pour identifier ceux qui sont tolérants au ganoderma seront réalisés dans un laboratoire qui sera construit à Sèmè-Podji. Le laboratoire est en cours de construction. Pour le moment, aucune activité de recherche n’a démarré sur cette thématique.

  • Autres activités contribuant à l’amélioration du matériel végétal du palmier à huile

Dans le cadre de la vérification de légitimité des arbres utilisés en essai au Nigéria, 434 folioles ont été prélevées, séchées et broyées en vue de l’extraction de leur ADN.

D’autres activités transversales sont menées quotidiennement dans le cadre de la fécondation artificielle des inflorescences afin de disposer de matériel végétal aussi bien pour les travaux de recherche que pour la production de semences. Il s’agit entre autres du suivi et de l’entretien du parc de géniteurs, suivi de l’apparition des spathes et des inflorescences mâles et femelles, l’ensachage de ces inflorescences, la récolte, le traitement et la conservation de pollen issu des ensachages mâles, la pollinisation ou la fécondation artificielle (FA) des inflorescences femelles ensachées, la récolte des FA, le traitement et la conservation des graines. Au terme du mois de septembre 2019, un total de 5152 FA ont été réalisées et 1810 unités de pollen produites.

La détermination du type variétal des arbres est menée sur les arbres plantés en 2015 et ceux de 2012, 2013 et 2014 pour lesquels le type variétal n’a pu étre déterminé faute de régime. Différents passages pemettent de confirmer le type variétal d’un individu donné. Cette activité se poursuit sur toute l’année conformément au programme établi.