Depuis 2019, le Centre de Recherches Agricoles Centre (CRA-Centre) de l’INRAB a entrepris des essais d’hybridation par pollinisation artificielle entre clones d’anacardiers. Les principaux objectifs visés par ces essais sont de :

  1. s’approprier de la technique d’hybridation par pollinisation artificielle de l’anacardier ; et

  2. utiliser la technique d’hybridation par pollinisation artificielle pour créer des hybrides d’anacardiers combinant des performances complémentaires de leurs parents.

Après deux années de pratique, la technique d’hybridation par pollinisation artificielle de l’anacardier a été maîtrisée. En effet en 2020, 85 noix hybrides d’anacardiers ont été récoltées sur 3 782 pollinisations artificielles réalisées, soit un taux de 2,25%. Ce taux s’est amélioré par rapport à celui obtenu en 2019 qui est de 1,42% (26 noix hybrides récoltées sur 1 825 pollinisations réalisées). En somme, beaucoup de fécondations réussies n’arrivent pas à donner des fruits matures. De tels résultats ont été déjà rapportés dans la littérature (Masawe et Kapinga, 2013). Ces résultats sont confirmés par les travaux de Palei et al., (2019) qui ont conclu que, seulement 4 à 6% des fleurs sont pollinisées et atteignent la maturité pour porter des fruits, les autres sont rejetées à différents stades de développement.

Ces essais sur la technique d’hybridation par pollinisation artificielle de l’anacardier ont été réalisés grâce à l’appui financier de la Coopération Internationale Allemande (GIZ) à travers son Fonds de Contrepartie du Cajou (Cashew Matching Fund-CMF).