Le projet de Valorisation des Tiges de Cotonniers pour la fabrication de Panneaux de Particules (VATICOPP) est un projet sous régional de recherche-développement impliquant les institutions de recherches agricoles de trois (03) pays producteurs de coton de l’Afrique de l’Ouest que sont : le Bénin, le Mali et le Togo. Au terme de quatre (04) années de vie, VATICOPP ouvre ses portes à Parakou ce vendredi 20 septembre dans l’enceinte de l’antenne nord du CRA-CF.

VATICOPP a ouvert ses portes à Parakou en présence du ministre de l’agriculture, des représentants du préfet du Borgou et du maire de Parakou, des responsables du projet et plusieurs autres personnalités. Après les mots de bienvenu du représentant du préfet empêché, la JPO a véritablement pris corps avec la présentation du projet par son coordonnateur, le Dr. Emmanuel SEKLOKA. Le coordonnateur a présenté VATICOPP dans son contexte, ses objectifs et ses résultats. Il est financé par l’UEMOA et parrainé par le CORAF/WECARD, a duré quatre (04) ans et a été coordonné par l’INRAB à travers le Centre de Recherches Agricoles Coton et Fibres (CRA-CF). Démarré en septembre 2015, le projet VATICOPP est arrivé à terme le 31 juillet 2019. L’atelier régional de clôture est prévu pour les 25 et 26 septembre 2019 à Ouagadougou au Burkina Faso.

La mise en œuvre du projet VATICOPP au Bénin a permis de générer des innovations technologiques, notamment l’utilisation des tiges de cotonniers, pour la fabrication des panneaux de particules pour la confection des meubles, qu’il convient de faire connaitre au public. Lesquelles innovations ont excité la fierté du ministre de l’agriculture au plus haut point qui y voit la concrétisation progressive de la vision du gouvernement Talon pour le secteur de l’agriculture. En prenant la parole, le ministre a tenu à faire savoir au public toute l’importance de cette journée porte ouverte et a cru en tous les acquis du projet. Pour le ministre, le VATICOPP c’est non seulement l’accroissement des revenus mais aussi la préservation de l’environnement à travers la réduction de la coupe du bois. La filière est tout le temps attaquée comme pollueuse de notre environnement. C’est pourquoi le ministre a rehaussé de sa présence cette cérémonie pour montrer au public que la production de coton peut aussi contribuer à réduire la coupe de bois et à la diversification de l’économie. Parlant de la production cotonnière, le Ministre Gaston DOSSOUHOUI a laissé entendre que « Plusieurs mesures respectueuses de l’environnement telles que la gestion durable des terres entrent aujourd’hui dans la production du coton et on passera bientôt à 2 t/ha de coton graine ». Pour le ministre, avec tous les progrès qu’on fait aujourd’hui dans cette filière, le coton ne peut plus être considéré comme une culture qui dégrade l’environnement mais une culture respectueuse de l’environnement.

Après l’allocution du ministre, la cérémonie s’est poursuivie avec la coupure du ruban par le ministre et le représentant du préfet suivi d’une visite guidée de l’unité pilote de fabrication des panneaux à particules et des stands d’exposition. Au cours de la visite de l’unité pilote de fabrication et des stands d’exposition, les responsables du projet ont tour à tour apporté des réponses aux questions du public et du ministre. La journée porte ouverte a pris fin par une géante caravane à travers toute la ville pour annoncer la bonne nouvelle selon laquelle les tiges de cotonniers peuvent entrer dans la confection des meubles pour nos maisons, bureaux, ateliers, etc. N’est-ce pas de nouvelles portes qui s’ouvrent dans cette filière très controversée dans l’opinion publique !